Part 4 – Récit du pilote Jean-Baptiste MARRONE de SX ONLY RACING TEAM

Classé dans : dustrider | 0

Retour après Anaheim 1: Bonjour à tous, Quelques jours après la course d’Anaheim 1, je vais vous livrer mes impressions et vous exposer le avant-pendant-après de cette première course.

LA PREPARATION :

Jeudi matin, je suis allé, comme d’habitude, m’entraîner à Milestone après quoi nous avons tourné le générique de la série du Lebigusa. Une fois le tournage terminé, nous avons commencé avec mon mécanicien Philippe, la préparation de la moto : nettoyage de la machine, collage du kit-déco Hotrider Design, changement des pneus, mise en place de la housse de scelle MX Seat, vidange, ajout du kit-départ etc…Il est 21h00 et la journée s’arrête là.

Vendredi, nous avons achevé la préparation de la moto puis rassemblé tout l’équipement nécessaire: préparation de la caisse à outils, inventaire des pièces de rechanges et du matériel pour le stand, nettoyage du Van et des tonnelles et finalement chargement du Van (sans rien oublier). La préparation prend énormément de temps et demande d’être extrêmement consciencieux et concentré. Dans ce sport, une erreur peut coûter cher ! Pour chaque course, nous pouvons nous positionner dans le paddock dès le vendredi et passer le test du son (entre 13h00 à 15h00 pour le sonomètre).

Vendredi, il est 13h00, nous partons pour A1. Le timing est très serré et je doute alors d’arriver à temps pour l‘épreuve du sonomètre. Le vendredi, les autoroutes regorgent d’automobilistes surtout en direction de Los Angeles. A 15h00, nous arrivons au camion AMA pour récupérer les accréditations afin de pénétrer dans les paddocks. Ici, nous avons seulement le droit à un pass accompagnateur gratuit; tous les autres nous sont facturés, même les pass mécaniciens! Il est alors temps de trouver une place dans le paddock. Les teams officiels, déjà en place depuis le jeudi, laissent peu de places aux privés qui arrivent en Van et Pick-up. Comme à chaque course, nous bataillons pour en trouver une. Une personne, en charge du paddock, nous place comme elle le peut, derrière les semi-remorques. Le contrôle du son est déjà fermé comme je le redoutais, j’espère alors que la moto passera le test sans problème. Nous montons le stand puis rentrons.

JOUR DE COURSE :

Nous partons à 7h00 pour Anaheim 1. Je ne vous cache pas que nous sommes tous plutôt tendus et assez stressés. Même s’il s’agit de ma 6ème participation au Supercross AMA, mon équipe et moi-même avons toujours une certaine pression de se présenter à ce championnat, le plus relevé de la planète.

Arrivés dans le pit, nous courons dans tous les sens : Ophélie derrière 6D et FMF ; Philippe chez Dunlop pour récupérer les roues et moi chez VP Racing. Le paddock est immense et il faut jouer à « où est Charlie » (rire). Il est alors 10h00, ma moto est passée au sonomètre et au contrôle technique sans difficulté. Soulagé, je me dirige vers le track-walk (1/2 heure). Tous les pilotes sont là, accompagnés de leurs mécaniciens. C’est un moment important que me permet de visualiser et mémoriser les enchaînements possibles et donc de me projeter dans la course. La piste me plaît, j’ai le sentiment que je vais bien m’y sentir. J’éprouve juste une légère réticence quant à la grosse série de whoops.

A midi, je me dirige dans le tunnel pour le 1er essai libre. Dès le 2ème tour, je passe tous les enchaînements. Je me mets immédiatement dans le bain pour ensuite pouvoir rouler plus « libéré ». Je suis content de moi. Objectif de l’essai : atteint !

13h15, je pars pour le 1er essai chronométré (8 minutes). Je dois être dans les 40 premiers pour pouvoir me qualifier au night program. Les tours s’enchaînent. Autant vous dire que la pression monte et se fait ressentir dans ma façon de piloter.

15h10, c’est là où tout se joue. En général, les meilleurs temps sont réalisés dans la 2ème série qualificative. Malgré une progression constante au fil des tours, il me manque une ultime seconde pour passer cette qualification. Malgré la déception de cette non qualification, le bilan reste positif : ma Husqvarna 250FC me plaît de plus en plus. J’ai pris énormément de plaisir à rouler tout au long de cette journée et il me tarde déjà de me retrouver à la prochaine à A2.

Je vous remercie pour tous vos encouragements, ils sont une source de motivation supplémentaire pour moi. Vous pouvez compter sur moi, je vais continuer de travailler et donner le meilleur de moi-même.

Bonne réception et bonne lecture, Jean-Baptiste MARRONE

Laissez un commentaire